Contexte territorial


Tout d'abord, un peu de vocabulaire...


Notion de bassin versant

Un bassin versant (BV) constitue une unité hydrographique cohérente pour la gestion et préservation de l'eau sur un territoire. Il se compose du cours d'eau principal et de tous ses affluents. Il est délimité par les "lignes de partage des eaux", crêtes naturelles qui font qu'une goutte d'eau ira dans tel ou tel cours d'eau.

Gestion intégrée de bassin versant

Gestion qui implique à l'échelle d'une unité hydrographique cohérente, d'une part une concertation et une organisation de l'ensemble des acteurs ainsi qu'une coordination des actes d'aménagement et de gestion (politiques sectorielles, programmation,...), d'autre part de favoriser une synergie entre le bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques et la satisfaction des usages. La gestion intégrée vise à optimiser les actions pour atteindre une gestion équilibrée.
Source: d'après Ministère chargé de l'environnement et Onema

Quelques chiffres et infos générales...


Le BV de l'Erdre fait 974 km² (97 492 ha) répartis sur 2 départements (80% dans le 44 et 20% dans le 49).
L'Erdre s'étend sur 98 kms et s'élargit au niveau de la plaine de Mazerolles (juste en aval de Nort / Erdre).
la partie Amont est la partie « sauvage » (de la source de la Pouëze au port de Nort / Erdre). Son niveau d'eau est peu contrôlable et sujette à des inondations
la partie Aval est la partie « navigable » (du port de Nort / Erdre à l'écluse St Félix située à Nantes). Son niveau d'eau est contrôlé au niveau de l'écluse St Félix

Un peu plus de 200 000 personnes vivent dans ce territoire, réparties sur 53 communes. Près de la moitié des habitants du BV résident à Nantes (soit 3% de la surface totale du BV). Le BV est donc essentiellement rural, constitué de bocages, parcelles agricoles et plans d'eau. La partie urbanisée est surtout répartie en aval (agglomération nantaise). Les enjeux défendus par l'EDENN sont d'autant plus pertinents que l'aval, subissant potentiellement tous les effets produits en amont (rejets de pesticides, engrais...), est le plus peuplé !
La partie navigable de l'Erdre est très fréquentée. La mission historique de l'EDENN était (et est encore aujourd'hui) la surveillance sanitaire et la cohabitation des usagers (plaisanciers, pêcheurs, kayakistes...). Le problème majeur qu'il faut prévenir est la prolifération périodique de cyanobactéries potentiellement toxiques. Celles-ci se développent surtout à cause des phosphates issus des engrais chimiques lessivés.

Un BV transversal aux unités administratives et bassins de vie...


La notion de BV est peu connue et difficilement identifiable par les habitants pour plusieurs raisons:

- c'est un territoire vaste, dépassant largement leur bassin de vie (lieux de résidence, travail et de loisirs)
- la rivière Erdre ne passe pas dans toutes les communes (certaines n'ont d'ailleurs que quelques ha compris dans le BV...) et donc ne suscite pas ou peu de préoccupations
- la notion en elle-même est très peu expliquée et mise en avant

Les élus sont eux aussi parfois perdus et sont en outre préoccupés par d'autres territoires et problématiques (échelles de la commune et de la communauté de communes) dans le cadre de leurs missions.

Le BV regroupe donc 53 communes réparties dans 9 communautés de communes appelées EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale). Voici la liste:

- C Candéenne de Coopérations Communale
- CC Cœur d’Estuaire
- CC du Castelbriantais
- CC Erdre et Gesvres (CCEG)
- CC Ouest Anjou (CCOA)
- CC Pays d’Ancenis (COMPA)
- CC Région de Nozay
- CU de Nantes (CUN)
- CC Lion d’Angers

Parmi ces EPCI, 3-4 travaillent déjà activement avec l'EDENN (CCEG, CCOA, COMPA et CUN) car beaucoup de leurs communes sont inclus dans le BV. Il semble toutefois de plus en plus difficile de les solliciter devant la réorganisation territoriale et les nouvelles compétences qui leurs sont allouées. Les lois NOTRe, MAPTAM et relative à la commune nouvelle engendrent actuellement de profonds changements dans les modes de travail et l'échelle de BV n'est pas toujours la bienvenue.
Il n'y a pour le moment que dans le cadre du contrat territorial sur le volet milieux aquatiques que les EPCI ont pu s'entendre pour créer de nouvelles unités de gestion en subdivisant en 4 le BV (sous-BV des marais de l’Erdre, sous-BV Erdre amont 44, sous-BV des étangs et sous-BV Erdre amont 49)

Le travail de concertation pour amener une coordination et la coopération de tous les EPCI concernés sur l'échelle du BV est encore long, voire peut-être irréalisable. Il y aurait cependant plus de chances de créer une dynamique globale et cohérente en passant par l'échelle communale. Celle-ci représente pour beaucoup d'habitants une échelle plus humaine, accessible, visible, où l'on se sent capable et légitime d'agir (pour notre fameux "cadre de vie")