4. Groupe PHILOSOPHIQUE (BEA) :

Anaëlle, Anésie, Caroline et Maëva

Notre point de vue sur la problématique de "Vache, animal machine?" se dirige sur la philosophie et plus précisément sur le Bien etre animal notion que notre groupe veux approfondir pour mieux comprendre et apprécier cette directive.

Dans un premier temps: Le bien etre animal ? On entend par bien-être la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l?entourent. Le bien-être animal requiert prévention et traitement des maladies, protection appropriée, soins, alimentation adaptée, manipulations réalisées sans cruauté, abattage ou mise à mort effectués dans des conditions décentes."
Il est considéré comme satisfaisant si les critères suivants sont réunis : bon état de santé, confort suffisant, bon état nutritionnel, sécurité, possibilité d'expression du comportement naturel, absence de souffrances telles que douleur, peur ou détresse

Puis un historique de l'initiative lancée par l'OIE en matière de bien-être animal dans le contexte mondial
Le Groupe de travail de l'OIE sur le bien-être animal a été officiellement mis en place lors de la 70e Session générale de l'OIE, en mai 2002. Ses premières recommandations ont été adoptées un an plus tard. Les principes directeurs de l'OIE dans le domaine du bien-être animal ont été intégrés au Code terrestre de l'OIE en 2004.

L'OIE a réuni une première conférence mondiale sur le bien-être animal en février 2004.
Depuis mai 2005, l?Assemblée mondiale des Délégués de l'OIE, qui représente les 180 Pays et Territoires Membres, a adopté des normes relatives au bien-être animal en vue de les intégrer au Code terrestre de l'OIE ainsi que quatre autres destinées au Code sanitaire de l'OIE pour les animaux aquatiques.

Depuis la loi du 16 février 2015 l'animal est enfin considéré dans le code civil comme "être vivant doué de sensibilité" et non plus comme "un bien meuble" voire "comme un immeuble par destination".

Ainsi cette notion s?instaure obligatoirement par un relation entre l'homme et l'animal.

Fiche intervenant 1:`
? Nom: FOUR Laurent
? Fonction: moniteur en contention des animaux, berger
? Organisme: autoentrepreneur
? N° tel/Mail: 0687985975/fourlaurent@yahoo.fr
? Interet de cet intervenant dans le cadre du sujet étudié:
  • (plan à déterminer) Présentation de la sensibilité animale, pourquoi et à quelle moment cette notion est-elle aparue ? Historique et évolution de la pensée philosophique. Les lois actuelles misent en place ? Le bien etre animale -> éthique et productif.
Domestication et docilité.

-> Date(s) et horaires envisagée(s): le mardi 03 janvier 2017 de 9h15 à 10h15 (présentation du diapo par l'intevenant + débat avec l'ensemble de la classe) de 10h15 à 10h45 (sortie sur l'exploitation avec explication des critères par l'intervenant).
-> Durée de l'intervention: de 9h15 à 10h45.
-> Matériel nécessaire et/ou contraintes particulières: ordinateur, rétroprojecteur, sortie sur l'exploitation.

Fiche intervenant 2:
? Nom: CIWF France
? Fonction: le changement politiques futures, l'améliioration des normes actuelles
-Organisme: association
? N°: 0179977050
? Interet de cet intervenant dans le cadre du sujet étudié:
  • dévellopper la notion de sensibilité animale et l'interpréter.

Fiche intervenant 3 :
? Nom: Welfarm
? Fonction: Utilité Publique
? Organisme: Association
? N° tel/Mail: 03.87.36.46.05
? Intérêt de cet intervenant dans le cadre du sujet étudié:
  • Historique riche en gain de cause
  • Reconnue d'utilité Publique
  • Oeuvre pour une meilleure prise en compte du bien être des animaux, à toutes les étapes de leur vie (élevage, transport, abattage)

Fiche intervenant 4 :
? Nom: Chloé HILDE
? Fonction: centre d'étude
? Organisme: association LFDA
? N°tel/Mail :(33) 01 47 07 98 99 contact@fondation-droit-animal.org
? Intérêt de cet intervenant dans le cadre du sujet étudié:
La LFDA est un centre d'études, de réflexions et d?informations pluridisciplinaires scientifiques et philosophiques et de propositions juridiques visant, pour un juste équilibre, à adoucir les rapports entre l?espèce humaine et les autres espèces animales.



Pour répondre à notre problématique, Laurent FOUR est l'intervenant qui a effectué l'intervention auprès de notre classe de Terminale STAV.

  • Le milieu de l'agriculture connaît énormément de progrès, et le secteur bovin n'y fait pas abstraction. La reproduction est entièrement maîtrisé (permettant même le clonage de certaine bête), tout comme l'alimentation, la santé (à coup d'antibiotiques), la lactation (cycle pourtant on ne peut plus naturel) et la génétique (ainsi, on produit plus, on sélectionne). La technologie permet de traire l'animal sans aucune présence humaine, le tout étant entièrement robotisé. Mais nous sommes en droit de nous demander : et l'animal dans tout ça ? Son bien-être ?

  • Laurent avait donc pour mission de nous définir le bien-être animal de manière simple et ludique, pour que la prise de conscience soit plus aisée. Il a ainsi mené notre classe sur l'exploitation bovin laitier de notre lycée.

  • ? Première étape : observer le cheptel.

  • Une fois sur place, Laurent nous a interrogé pour tester nos connaissances sur le bien-être animal et ses critères. Comment détecter un mal être, une gêne chez les vaches ? Il nous alors donné des moyens simples pour évaluer la situation:
- Présence de blessures, de coups;
- Propreté des vaches, des stabulations et de leurs espaces en général;
- Une absence de crainte des animaux envers l'homme;
- Présence d'eau à volonté et de nourriture, de manière à ce que les vaches ne souffrent d'aucun manque;
- Un espace suffisant pour que les bêtes puissent exprimer leur comportements spécifiques.

  • Notre exploitation répondait à ses critères, ajoutant même une brosse dure pour que les vaches puissent se gratter à leur guise, sachant qu'un bovin aime bien pouvoir se frotter contre ce type d'objet. Cela fait partie des plaisirs simples de l'animal et qui est peu coûteux.
Laurent nous a fait intervenir ainsi directement et tout le monde a pu observer de manière concrète une situation proche d'eux au quotidien, et permettre aux enfants de propriétaire d'exploitation agricole animale de reproduire cette expérience chez eux.

  • ? Deuxième étape : diaporama en salle.

  • Nous sommes ensuite retourner en salle de cours pour poursuivre l'intervention à l'aide d'un diaporama. Ce dernier était composé en 3 parties distinctes:
? 1 - Qu'est-ce qu'un animal ? (au niveau du droit)
? 2 - Quelle est la relation homme - animal ? Comment se fait-elle ?
? 3 - A quoi sert cette relation ? Quel intérêt a-t-elle ?

-> PREMIERE PARTIE

  • La vache est un animal vivant organisé doué de sensibilité et de mouvement. Il n'est donc pas un objet. Au XIXème siècle, l'animal en général était humanisé grâce aux fables de Lafontaine.
  • Dans ces deux derniers siècles, l'animal était essentiellement une machine: il n'était intéressant que s'il produisait et qu'il pouvait servir aux hommes. C'était un objet, et personne n'avait de connaissances sur les animaux.
  • Peu à peu se font les premières études du comportement animal, ce que l'on appelle éthologie, et tout ça sans anthropomorphisme (qui est le fait de prêter des sentiments humains aux animaux). En 1850 apparaît le premier texte de protection des animaux, et se forme également la première association protectrice des animaux. En 1975, Peter Singer écrit La libération animale : ce livre, qui semble un peu extrême mais qui sert de base philosophique primordiale pour les mouvements contemporains des droits des animaux, traite d'un monde où les animaux seraient libérés du joug des hommes et non exploités. Pour appuyer ce livre, Laurent cite le célèbre Mohandas Karamchand Gandhi : " On reconnaît le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux. "
  • Les animaux ont droit à l'hygiène, l'alimentation, au confort.
  • Retraçons rapidement les différentes évolutions du statut juridique des animaux:

- 1804 : Définition du statut juridique de l'animal dans le code civil,
- 1963 : Cruautés et sévices infligés aux animaux sont à présent punis et réprimander par la loi, cependant uniquement sur les animaux domestiqués et directement vu,
- 1976 : Les animaux sont reconnus comme des êtres sensibles,
- 2015 : Le statut d'être vivant doué de sensibilité est enfin attribué aux animaux.

  • -> DEUXIEME PARTIE

  • Laurent ouvre cette partie par cette citation de Francis Bacon : " La meilleure façon de commander la nature c'est encore de lui obéir. "
  • Elever des animaux est différent de la production animale. On retrouve cette notion d'élevage, de temps passer avec l'animal, cette relation, qui se perd dans la deuxième façon de faire. On observe ainsi une évolution des systèmes d'exploitations avec une augmentation de la production mais une baisse dans le secteur de l'agriculture. En effet, cette grosse production qui a émergée après la Seconde Guerre Mondiale a permis de passer d'un agriculteur pour 4 personnes, à un agriculteur pour 150 personnes. Après guerre, il n'y avait donc pas de place pour le bien être animal. Il fallait produire à tout prix pour faire vivre le monde. La domestication et la docilité de l'animal s'obtenait par soumission des bêtes, offrant ainsi leur bien et service.
  • C'est plus tard qu'on observera qu'un troupeau plus docile apporte de meilleurs rendements. Moins de stress, meilleure viande, plus de lait... On se rend également compte que la communication entre l'homme et l'animal se fait par des odeurs, la voix, les habits...

Laurent a pris pour exemple une usine de semences de taureaux. Il racontait que le lundi, quand les spécialistes revenaient de leur weekend, les bêtes étaient plus agités, stressés et attentives à leur mouvement. Ce jour là se passait toujours difficilement. Les spécialistes se sont alors demandé d'où venait le problème, et comment ils pourraient y remédier. Ils se sont alors rendus compte que le fait de laver leurs vêtements de travail durant le weekend effaçait toutes les odeurs que les taureaux avaient pour habitude de sentir chaque jour, ce qui les perturbait énormément.

  • -> TROISIEME PARTIE

  • La connaissance du comportement animal est essentielle pour construire une relation homme - animal intelligente.
- En 1950, on prend comme base la santé animal. Un animal heureux est un animal en bonne santé.
- En 1970, on observe la capacité d'adaptation des animaux.
- En 1990, arrive la théorie du " coping ": les animaux changent de comportement en fonction de leur analyse de la situation (refus de rentrer dans un couloir de contention, liant ce geste aux soins et donc à des choses désagréables, par exemple). Le principe est d'y faire face en les comprenant et en les anticipant.
- En 2010, on reconnaît et prend en compte les différents états mentaux des animaux.

  • A présent, il existe 5 points de contrôle du bien être animal, aussi appelé " les 5 libertés ":
? Absence de peur, d'anxiété
? La liberté d'exprimer les comportements propres à l'espèce(il est prouvé que les bovins ressentent une certaine satisfaction à résoudre des énigmes, notamment chez les veaux)
? Absence d'inconfort (faim, soif, hygiène...)
? Absence de plaies, de blessures (etc), et donc une bonne santé
? La propreté

  • -> CONCLUSION

Aujourd'hui, avec le model industriel actuel, c'est comme si l'on retombait 200 ans en arrière. Malgré tout, ce serait un énorme projet de modifier nos systèmes de production, mais ce ne serait pas impossible dans le futur. Il faudrait pouvoir améliorer le sort des animaux, mais pour le moment, cela reste impossible.


Ressource utilisé : [[/https://www.ciwf.fr/ ]]