Malaises à l'école Gestion de trouble de la santé invalidant


Gestion de trouble de la santé : malaises à l’école

Témoignage

Marie a 15 ans, elle souffre d’un trouble de la santé invalidant, générant des malaises avec ou sans perte de connaissance, sans signe avant-coureur, pouvant entraîner des chutes intempestives.
Elle fait l’objet d’un suivi médical depuis la classe de Troisième, les explorations ne permettent pas d’établir un diagnostic. Les manifestations somatiques perturbent fortement sa scolarité, entraînant des périodes d’absences perlées. Marie a un sentiment de rejet de sa classe, des parents se sont plaints que la fréquence de ses malaises perturbait les cours. Marie devient agressive et fait preuve de violence verbale envers ses enseignants. Cependant, Marie construit son projet et choisit une orientation en Capa SAPVER.
Elle montre un intérêt et de l’enthousiasme pour sa formation, obtient de bons résultats scolaires, ne manifeste plus de trouble du comportement. Mais la scolarité de Marie reste empêchée du fait de ses malaises récurrents, signalés par sa maman dès l’affectation dans son nouvel établissement. Marie est interne et suit également l’option équitation.
Au mois de novembre, à la veille d’une réunion avec l’équipe éducative de l’établissement à la suite de différents incidents, la maman manifeste par courrier sa vive inquiétude. Les malaises de Marie persistent, elle ne suit plus les cours convenablement au sein de l’établissement. Marie est fréquemment mise à l’écart dans une salle d’étude pour "se reposer", les rattrapages des cours imposés en fin de journée sont pourtant aléatoires car elle ne les récupère pas facilement. La jeune fille vit de plus en plus séparée de sa classe. Par ailleurs, elle n’a pas l’autorisation de monter à cheval ni d’accompagner ses camarades au centre équestre pour assister à l’activité.
A la suite d’un énième malaise sur son lieu de stage, en EPHAD, la maman apprend de la structure que l’établissement scolaire a rompu la convention de stage, malgré une bonne volonté manifeste de la structure de maintenir l’accueil de la jeune fille. Le médecin et le cadre de la structure proposait que les activités se déroule systématiquement en binôme.
L’état psychologique de Marie se détériore, les pleurs sont quotidiens, le mal-être s'installe. La maman demande à l'établissement la possibilité de suivre les cours à domicile sous forme de visioconférence.
Les RDV et examens médicaux se poursuivent.

Capsule

Dans cette situation, les enjeux sont multiples :
- Assurer la sécurité de la jeune fille durant tous les temps de vie scolaire (en classe, à l’internat, sur le lieu de stage, au centre équestre), et maintenir des conditions d’apprentissage favorables au suivi de sa scolarité.
- Restaurer pour la classe et l’équipe éducative un climat de travail serein et un climat relationnel apaisé et intégrateur,
- Répondre à l’obligation d’accueil dictée par l’école inclusive, tout en prenant en compte les besoins particuliers de la jeune fille, liée à une situation de santé invalidante.
Chacun a sa place peut ressentir un sentiment de violence et manifester du désespoir, de la colère, du rejet, de l’incompréhension : la jeune fille face aux malaises inexpliqués qui l’empêchent de suivre sa formation, les enseignants obligés d’assurer des cours dans un contexte perturbé, les autres élèves excédés par la situation, l’équipe de direction responsable de l’intégrité morale et physique de chacun, le maître de stage qui propose des conditions de formation aménagée mais non considérée, enfin la famille confrontée à la maladie et qui se sent de moins en moins accompagnée.

D’un point de vue réglementaire, le Code de l’Education (article L111-1) rappelle que le service public de l’éducation doit contribuer à l’égalité des chances et lutter contes les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite. Ainsi chaque apprenant, confronté à une situation scolaire empêchée pour raison de santé, doit pouvoir bénéficier d’une continuité scolaire, d’un maintien du lien scolaire et d’un soutien du processus de soin.
Un certificat médical (médecin traitant, spécialistes, thérapeute(s)…) est indispensable pour justifier de l'impossibilité de suivre une scolarité, et la mise en œuvre d'aménagements.

Différents dispositifs d’accompagnements permettent d’organiser et assurer les apprentissages perturbés par des troubles de santé invalidants :
- L’APADHE (assistance pédagogique à domicile, à l’hôpital et à l’école) pour maintenir le lien à l’école et s’adapter à la possibilité de se rendre totalement ou partiellement dans son établissement scolaire.
- Un PAI (projet d’accueil individualisé) se met en place pour formaliser les aménagements mis en place : les prises éventuelles de médicaments, les aménagements d'emploi du temps, les sorties scolaires liées à des rendez-vous médicaux, les autorisations de sortie de classe si besoin de gérer un stress... tous les éléments nécessaires pour le traitement ou l'accompagnement de ce trouble de la santé.
- Un contrat personnalisé d’évaluation est le document support pour indiquer les aménagements du référentiel de certification comme l'échelonnement des CCF sur trois années par exemple, et les périodes de stage. Ce contrat sera complémentaire du PEP (plan d'évaluation prévisionnel).
- Une demande d’aménagements des épreuves d’examens : suivant le besoin du jeune, différents items peuvent être cochés dans le dossier : par exemple ("affectation dans une salle à petite effectif", si cela est facilitant pour gérer le stress par exemple ; "possibilité de réponse écrite aux épreuves orales" ; "étalement des épreuves sur plusieurs sessions" ; "conservation des notes pendant 5 ans"...)
Si cela est possible, une liaison de l'infirmier(e) avec les personnels de santé qui suivent le jeune peut aider à la mise en place des aménagements scolaires et des aménagements des examens les plus appropriés et éclairer également l’équipe éducative sur les bonnes pratiques à avoir dans cette situation.

Au-delà de la mise en œuvre des dispositifs des modalités d’action sont à privilégier :
- Ne pas présumer du diagnostic médical en cours : l’important n’est pas tant le trouble en lui-même que les désavantages qu’il engendre pour la scolarité de la jeune fille et les réponses à apporter par la mise en place de dispositifs adaptés.
- Partir des faits constatés, des observations de ce qui fait obstacles aux apprentissages, des besoins exprimés par l’élève
- le relevé sur les points d’appui ouvrent des pistes d’actions ou de collaboration (comme dans la situation de Marie où apparaissent la volonté et motivation de la jeune fille, le soutien de la maman, la compréhension du maître de stage…)
- Déterminer avec l’ensemble des intéressés l’opportunité d’expliciter la situation et la conduite à tenir à l’équipe pédagogique et aux autres élèves de la classe (et de la chambre), en accord avec la famille, et sous quelle forme (en présence ou non de la jeune fille, les points abordés…).
- Définir les modes de communications entre les parties.
- Suivant l’évolution des troubles de la santé, faire connaître à la famille la possibilité de faire une demande de reconnaissance de handicap auprès de la MDPH.

Les dispositifs choisis sont réévalués ou rendus caduques suivant l’evolution de la situation d’empêchement scolaire.


Ressources

- Note de service APADHE DGER/SDPFE 2022-81 du 31 janvier 2022
- Circulaire MENE2104832C du 10 01 2021 Projet d’accueil individualisé pour l’accueil des enfants et adolescents atteints de trouble de la santé

- Note de service DGER SDPFE 2015-886 du 21/10/2015 dispositifs d’accueil dans un établissement d’enseignement agricole des élèves et étudiants de l’enseignement supérieur court en situation de handicap

- Note de service DGER SDPFE 2018-327 du 24/08/2018 aménagement d’épreuves pour les candidats en situation de handicap

- Cholorofil : https://chlorofil.fr/diplomes-et-ressources-pour-lenseignement/examens/organisation/ccf
Mise en œuvre du CCF et de son contrôle (notamment nds DGER/POFEGTP n°2004-2032 du 29 mars 2004 candidats absents aux épreuves terminales ou aux épreuves CCF des examens de l’enseignement agricole), réglement des examens => Chlorofil.


Témoignage du Docteur Olivier Revol neuropsychiatre sur le refus scolaire anxieux
https://www.lamaisondesmaternelles.fr/article/phobie-scolaire-comment-s-en-sortir

FAQ :
Gestion de l'entretien ?
Secret médical/secret partagé/devoir de confidentialité