le poème

Poème de Georges Fontane
L'òme vièlh e lo vièlh castanhièr

Amondaut sul sèrre i a un castanhieràs
Qu'a fÒrça brancas secas mas pas gaire en fuèlhas,
E son vièlh prÒpria l'autre jorn l'espinchava,
L'uèlh pentit, l'ama trista, doçament i parlava
Vèses aic_a pus pres çÒque disià lo vièlh
A la bèrla que levava sos bras crebats al ciel;
<<Te siòi ben redevable ! pòdi pas t'oblidar,
soven-te castanhièr, per ièu tot çò qu'as fach !
Quand l'èrba èra trop còrta
E la seja escaudada
M'as sovent ajudat a escotir ma nisada
Que seguèsse bolhidas, rostidas, en bajana
Un bòl de castanhas m'a tojorn regalat
A ! Vai ! Avèm agut totes dos nostra pena
cal per viure sus terra una ruda codena
ièu ai fach las doas guerras, ai manquat i restar;
E tu un oragan t'a mitat esclapat,
Aussi siòi pas ben fièr de çò que te vau faire !
As un pauc de bon bosc mas t'en resta pas gaire ;
veni te demandar un ultima servici.
La branca que te resta, fas m'en lo sacrifici !
Lo rèsta es bon per coire una soba de rabas !
Maneji encara un pauc varlòpa e mail cisel
E par tirar un trait me resta encara un uèlh ;
Baila-me la ta branca, aquela qu'es valida
Per justa envolopar çò qu'era una <<vida>>
E puèi escusa-me, mas aquo, cal que te digui
Es pas un long dicors, cresi pas que fatiga ;
Ta rusca es esglausada, mon front es plan ridat,
Per tu coma per ièy tròp de temps a passat ;
Quand èrem en plena fòrma, avem viscut enssembla,
Ara que sème fotut, que la mòrt nos assembla
Sabes ben que per ièu as fait tot çò que pòdes,
Alara vièlh castanhièr
Baila-me quatre planchas per recatar mos òsses !
le vieil homme et le vieux châtaigner

Sur la montagne, la haut se dresse un gros châtaigner
Dont beaucoup de branches sont sèches
et qui n'a plus guère de feuilles.
Et son vieux propriétaire, l'autre jour l'examinait,
L’œil chagrin , l'âme triste, doucement il lui parlait.
Voici a peu près ce que le vieux disait
A la souche qui levait ses bras creux vers le ciel :
<<Je te suis bien redevable, je ne peux pas t'oublier;
souviens toi, Châtaigner, pour moi de tout ce que tu as fait
quand l'herbe était trop courte et la soie échaudée,
tu m'as souvent aidé à nourrir ma nichée.
Qu'elles soient bouillies, grillées, en bajana,
Un bol de châtaignes m'a toujours régalé !
Ah ! Va ! Nous avons eu tous les deux nos peines.
Il faut, pour vivre sur terre, un rude courage.
Moi j'ai fait les deux guerres, j'ai failli y rester ;
et toi un ouragan t'a à moitié détruit,
Aussi ne suis-je pas bien fier de ce que je vais faire !
Tu as un peu de bon bois, mais il ne t'en reste guère.
Je viens te demander un ultime service :
La branche qui te reste, fais-m'en le sacrifice !
Le reste est bon pour cuire une soupe de rave !
Je manie encore un peu la varlope et le ciseau
Et pour tirer un trait, il me reste encore un œil
Donne-la moi, ta branche, celle qui est valide,
juste pour envelopper ce qui était une "vie."
Et puis, excuse-moi, mais ça, il faut que je te dise
C'est pas un long discours, je crois pas qu'il fatigue.
Ton écorce est rugueuse, mon front est plein de rides
Pour toi, comme pour moi, trop de temps a passé.
Quand nous étions en pleine forme, nous avons vécu ensemble ;
Maintenant que nous sommes finis, que la mort nous assemble.
Je sais bien que pour moi, tu as fait ce que tu as pu,
Alors, Vieux, Châtaigner,
Donne-moi quatre planches pour recueillir mes os !